Bring back our girls

     Un matin, s'éveillant plein d'entrain et de bonne humeur, après avoir lu un Livre, un type eut une idée lumineuse qu'il s'empressa d'aller partager avec quelques-uns de ses amis qui furent immédiatement convaincus par le génie du plan diabolique qui avait germé dans l'esprit crapuleux de leur cher et tendre camarade. Ainsi, toute la joyeuse bande partit, armée jusqu'aux dents, kidnapper deux cents fillettes dans un lycée de la région. Un mois après, le reste du monde s'éveilla pour condamner la chose. Il faut dire que pour réunir l'unanimité contre soi, enlever des fillettes au Nigéria ou ailleurs, il n'y a pas beaucoup plus efficace.

     Dans un élan commun, politiques et médias ont eu vite fait de nous vendre à force de slogans et d'interviews de premières ou d'ex-premières dames de nos démocraties occidentales que l'épicentre de l'indignation mondiale avait quelque chose à voir avec le féminisme, ignorant par un mutisme inquiétant qu'avant d'être féministe, le problème était sans doute religieux. Mais il faut croire que l'omerta protégeant honteusement la religion musulmane a encore de beaux jours devant elle.

     A l'instar de la religion juive qui fait pousser des antisémites dès que la moindre critique est portée à son égard, les musulmans font pousser des racistes.

    Tout le monde s'accorde pour nous servir l'immonde soupe comme quoi Boko Haram, ce serait que des méchants extrémistes, pas des vrais musulmans alors qu'ailleurs, y'a des gentils musulmans qu'on appelle des modérés et qui sont, eux, les vrais musulmans. Pour peu, on nous ferait croire que le Coran, comme la Torah, serait une lettre d'amour. Non. Concrètement, comme dans toutes les religions monothéistes, il existe une classification des humains. Et il ne faut pas longtemps pour traduire du Coran qu'une bande de femmes non converties à l'Islam n'est pas loin de la catégorie des sous-merdes et qu'un vrai musulman peut, sans risquer d'offenser son Dieu, les kidnapper, les violer, les réduire en esclavage et les assassiner en toute légalité.

    L'indignation se trompe de sens. Ce n'est pas le machisme qui a enlevé ces fillettes nigérianes, c'est l'Islam. La crétinerie est une règle chez les musulmans comme chez tous les adeptes de n'importe quelle religion du monde, que l'on s'agenouille devant une croix, qu'on se sectionne le prépuce, que l'on prie vers la Mecque ou que l'on danse autour d'un feu de bois pour faire tomber la pluie.

     Moi, quand je crache sur la religion, je me sens toujours un peu mieux après. Et, bordel, musulmans de mes deux, rendez-nous les fillettes.

 

Commentaires (5)

1. steven 24/05/2014

c'est dommage qu'un des sites spécialisés n'ait pas su saisir l'opportunité. Sites spécialisés qui, soit dit en passant, font tous à peu près la même chose.. j'aurais aimé y retrouver ce côté léger et décalé..

En attendant de te relire,

2. nicolasblaise (site web) 23/05/2014

@steven Pour être franc, l'objectif était quand même de réussir à les vendre. J'y passais beaucoup de temps et ça n'a pas marché, je passe donc à autre chose. J'y reviendrai peut-être un jour.

3. nicolasblaise (site web) 23/05/2014

@benoit Ah merci bien Ben.

4. steven 20/05/2014

où sont passées vos sympathiques chroniques cyclistes ?

5. benoit 19/05/2014

Superbe !
Ça fait du bien à entendre !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.