Moi, Président de la République... (02/06/14)

     Tout le monde y va alors pourquoi pas moi aussi. Ainsi, par la présente, j'annonce officiellement ma candidature à la présidence de l'UMP. Après tout, je suis pas plus con qu'un autre et peut-être même moins que certains.

     Moi, je vous promets un discours de vérité. Je sais, les autres aussi mais moi encore plus qu'eux. Oui, moi je préfère l'annoncer directement, je chercherai par tous les moyens, jusqu'aux plus illégaux, à enrichir tous mes amis. Comme ça, après, on pourra se faire des grandes fêtes pour riches où on insultera tous les pauvres. Histoire d'agrémenter ces grandes soirées festives, j'inviterai aussi des marchands d'armes et des dictateurs libyens. Peut-être, même, j'inviterai des vendeuses de cosmétiques. On jouera à des jeux très drôles. Par exemple, on s'échangera des valises avec plein de cadeaux dedans et on écrira sur des petits papiers plein de chiffres avec plein de zéros derrière en se faisant des clins d’œil. On rigolera bien.

     Un jour, sans doute, je deviendrai Président de la République. C'est ma destinée. Il me tarde. Je serai un président très modeste avec juste une maison en vieilles pierres quelque part en Corrèze et une twingo. J'aurai pas besoin de plus pasque j'aurai tellement arrosé tous mes amis quand j'étais président de l'UMP que je trouverai toujours un yacht pour passer mes vacances.

     Pour que tout le monde m'aime, j'enverrai ma petite femme apporter un sac de riz à des enfants africains très pauvres. Comme ça, pendant que tout le monde dira que je suis un gentil président, je viderai les poches des pauvres pour tout donner aux riches, libyens, marchands d'armes ou vendeuses de cosmétiques.

     Après, un peu plus tard, quand Mediapart dira que ce que j'ai fait, c'est pas tout à fait honnête, je passerai un soir à 20h sur TF1 pour demander à mes électeurs de renflouer les comptes de mon parti que j'aurai dilapidés en cocaïne, prostituées et têtes de veau. Comme un électeur, c'est pas très malin, je recevrai plein d'enveloppes avec des billets de banque et des mots gentils dedans. Puis, un jour, le lendemain de la publication dans le canard enchainé de mes comptes de campagne, je tomberai malade et plus personne ne m'embêtera pasque c'est pas beau d'embêter un malade.

     Il faut pas croire, c'est pas pour moi que je veux devenir président de l'UMP et Président de la République. Non. C'est pour la France. En fait, c'est pour vous. Alors votez pour moi. Merci.

Commentaires (2)

1. nicolasblaise (site web) 05/06/2014

Oh, dois-je être flatté? Mouais... pas sûr.

2. Lolo 05/06/2014

J'hésite encore entre Fillon et toi.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.