Ouistiti! (07/04/14)

Le 07/04/2014.
    
     Si nous prenions aujourd'hui une photographie de l'échiquier politique français, ça donnerait un truc tout flou où on comprendrait rien à qui appartient à quoi. Les partis politiques, qui devraient nous assurer une certaine clarté sur des lignes idéologiques à ne pas dépasser dans leurs rangs, font à peu près n'importe quoi, ayant tous l'air de girouettes en pleine tempête. À peu près tout le monde pourrait adhérer à n'importe quel parti et y trouver les échos de sa propre pensée.

     Commençons par les grands manitous socialistes. La palette est large. Des propositions de nationalisation des entreprises en difficulté à la stigmatisation des roms qui ne sont pas tout à fait comme nous alors c'est normal qu'on puisse pas les intégrer et que c'est mieux si on les renvoie dans leur pays, en passant par le pacte de responsabilité, l'abolition des trente-cinq heures et du SMIC pour les jeunes mais avec la finance qu'est leur pire ennemi, ben, on n'y comprend plus rien.
     À droite c'est pas vraiment mieux même si la tendance est un peu plus aux pains au chocolat qu'à l'instauration d'un revenu universel de base.
     Le Front National, eux, ils ont décidé de piocher un peu partout. Les roms, ils sont plutôt d'accord pour les détester. Par contre, ils gerbent dès qu'ils le peuvent sur l'ultra-libéralisme européen et voudraient bien revaloriser les minima sociaux... pour les blancs pasque les autres, s'ils pouvaient juste passer le balai dans les rues et vider nos poubelles en silence pour deux francs cinquante la journée, ça nous arrangerait bien.
     Le Front de Gauche, c'est l'apogée du on-n-y-comprend-rien. Là-dedans, on trouve presque autant de nostalgiques de la période soviétique, adeptes du système cubain ou chinois que de partisans de Louise Michel. Le Front de Gauche, c'est le parti qui réussit l'exploit de réunir sous un même drapeau le pacte germano-soviétique et la Commune de Paris. Selon les élections, on s'allie plus ou moins avec le Parti Socialiste pour avoir des élus mais des fois surtout pas pasque les socialistes c'est comme la droite mais on s'allie quand même avec les écologistes qui des fois, eux aussi, sont avec le parti socialiste sauf que des fois ils les détestent mais pas toujours pasque ça permet quand même aussi d'avoir des élus. Mais bon, comme il n'y a que des Front de Gauche qui achètent mon livre, faut quand même que je fasse gaffe à ce que j'écris sur eux.
     Ailleurs, il y a les bayrouistes, les udéistes, les dupont-aignantistes et autres cheminadistes qui eux se réunissent tous les quatre matins pour essayer de trouver à quoi ils servent.
    
Le résultat de tout ce bordel, c'est qu'aujourd'hui, on se retrouve avec un premier ministre socialiste qui est plus populaire à droite qu'à gauche. Moi, je vais pas tarder à me marcher sur la tête.

Commentaires (5)

1. nicolasblaise (site web) 09/04/2014

Salut Benoit. Déjà, oui, je te permets de te permettre. Même, je t'y encourage, c'est dire.
Le "mondialisme", ça dépend quand même de ce qu'on veut en faire, ça veut un peu tout et rien dire. Manger des kiwis, par exemple, c'est assez mondialiste. J'aime bien les kiwis. Et aller massacrer des algériens pour garder sa colonie, c'est aussi très mondialiste. Entre un monde ultra-libéral et un idéal, au hasard, anarcho-internationaliste, y'a deux-trois différences non négligeables. Pour le nationalisme, c'est unanime: c'est un ramassis de têtes à claques de droite (pardon pour le pléonasme).

2. benoit 09/04/2014

Merci pour cette chronique pleine d'humour.
Je me permet de faire un commentaire sur le fond :
Je crois qu'on n'y comprends rien surtout parce que le monde a évolué ; la fracture gauche-droite n'est aujourd'hui que secondaire. L'opposition principale est entre le mondialisme et le nationalisme. Entre ceux qui veulent d'un monde sans frontière, universel, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous ; et ceux qui souhaitent vivre selon un mode de vie particulier.
A gauche (et à droite) on s'est convertit au mondialisme, mais comme on veut garder ses électeurs, on parle des Roms (et du pain au chocolat) ; et surtout du prétendu racisme du FN, parce qu'on a très bien compris que sans ça, Marine Le Pen arriverait au pouvoir ; car les Français - comme tous les autres peuples - sont attachés à leur identité.

3. nicolasblaise (site web) 08/04/2014

My poor and dear Lance. Thank you. You were at the same so funny with your marvel blood. About Contador, get out the shit of yours eyes and I'm sure you'll find it by your own way. My poor and dear Lance, you'll forever survive inside of my heart. Bike with you were so cute.

4. Lance Armstrong 07/04/2014

By the way, "there is only people from Front de Gauche who buy my book" that's very funny...

5. Lance Armstrong 07/04/2014

Hey Nicolas where is the victory of Contador ??

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.