Flèche Wallonne 2014

Dès potron-minet
La Flèche Wallonne (199km), le 23/04/2014.

     Ce matin, moi, je m'étais levé tôt pour aller faire de la musique. Genre 7h45. Pour moi qui ne suis pas tellement habitué à me réveiller avant les deux chiffres, j'avoue que ça a un peu piqué. Alors quand la Flèche Wallonne a commencé, je me suis dit que ça m'arrangerait bien que les types nous proposent une petite course de côte, un truc qui me permettrait de somnoler pendant deux cents bornes et d'avoir juste à me réveiller pour le dernier kilomètre. J'ai ouvert la première paupière à la deuxième et avant-dernière ascension du mur de Huy à vingt, cinq bornes de l'arrivée. Un petit café, une clope et hop !, tranquille, j'étais dressé comme un chien des prairies dans le Colorado pour le dernier kilomètre. Ils ont fait tout comme j'espérais. Kwiatkowski a été le premier à envoyer la première poudre qui a pas fait pschitt dans la dernière ascension. Oui, avant, y'avait eu des attaques de français. On peut pas dire, pour être vaillants, ils sont vaillants ces français. Même, en vaillance, y'a sans doute pas meilleur qu'eux mais sur la ligne d'arrivée des classiques, cette année, il faudrait une épatante bonne vue pour entrevoir ne serait-ce que le bout du pif de l'un d'entre eux. Au moins Rolland, Gautier, Roy et Bardet ont un peu essayé. Devant, donc, Mollema s'est calé dans la roue de Kwiatkowski. Il ne l'a plus quittée et a fini au pied du podium. Dan Martin, en passant, a collé une méchante chiquenaude dans le pif du polonais et du hollandais. Il a fait un peu le malin pendant quelques mètres puis a finalement changé de tronche quand Valverde a pris une grosse pelle et lui a aplati son grand pif d'irlandais et tous les autres pifs avec. Valverde, faut pas l'énerver.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.