Gand - Wevelgem 2014

Je ne suis pas deux
Gand – Wevelgem 2014 (233km), le 30/03/14.

     Je l'avoue, j'ai pas tout suivi à la course. Non. Y'avait la dernière étape du Tour de Catalogne en même temps sur une autre chaîne. Mais des fois, pendant les pubs de l'autre chaîne, je venais voir ce qui se passait dans les Flandres. Déjà, je peux vous dire que ça ressemblait drôlement à une course des Flandres, avec tout un tas de grosses taupinières pavées et des routes pas assez larges pour y entrer quatre coureurs de front qui frottent. Même en y passant que de temps en temps pour jeter un œil, dans les Flandres, c'était toujours l'occasion de voir quelques types se ramassant dans le fossé. Avec même quelques beaux soleils pour le spectacle. J'aime bien les chutes. Et puis finalement, j'ai pas tout raté. Eh non. J'ai vu le mieux. Le sprint final. Un sprint massif. Quand t'as raté toute l'étape, t'es bien content de voir que ça arrive en sprint massif. T'as juste à te mettre rapidement dans le bain d'un probable duel allemand. Et puis comme dans l'emballage final t'en as toujours l'un des deux qui termine le pif dans le bitume, ben, c'est souvent l'autre qui gagne. Aujourd'hui, le pif dans le bitume, c'était Greipel. L'autre, c'était Degenkolb qui aligne Démare et Sagan qui se disent l'un et l'autre que c'est déjà  assez difficile de battre Degenkolb sans qu'en plus leur équipe respective soit une bande de billes incapables d'emmener un train correct. Il faut dire qu'à côté des Giant, ils sont peu dans le peloton à ne pas passer pour des billes. C'est automatique : plus les vainqueurs sont forts, plus les perdants passent pour des briques. Et moi, paf !, je tombe dans le panneau.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.