Amour polaire

 

Une fois n'est pas coutume

Je m'en vais vous chanter

Une histoire qui le cafard va vous filer

De cette chanson il hume

Un parfum d'amertume

A en pleurer

Vos p'tits mouchoirs préparez

Car de vos yeux va tomber

La pluie mêlée de la brume

 

Un bonhomme bien brave

Tomba sans concession

Pour une demoiselle du pays des flocons

Devant son teint suave

Et sa figure slave

A l'air mignon

Il déposa sa raison

Sur l'autel de sa passion

Mit son esprit à la cave

 

Pour cinq jours tout compté

Dans un petit salon

A vivre un amour jusqu'à la déraison

Il paya le toqué

Vit son âme emportée

Par des lampions

Le ciel aurait un plafond

Que l'aviateur pauvre con

Y aurait perdu son nez

 

L'amour l'aveuglait tant

Que dans ses yeux il crut

Y voir un soleil qui avait disparu

L'astre était fainéant

Depuis déjà longtemps

S'était perdu

Sous l'horizon avait dû

Trouver pays qui lui plut

Y restant un mois durant

 

Puis la belle soudain

Par un vent l'emportant

A fui et refermé la porte en riant

En ayant bien pris soin

De cracher dans la main

De son amant

Il en a bouffé ses dents

Versé des larmes en torrent

Mais n'a pas lavé sa main

 

Le temps s'est déchiré

Le sablier pourtant

A pareille allure faisait couler les ans

Les photos immolées

Et volant en fumée

Rien n'y faisant

Sa vie partit en pleurant

Sous les assauts démaillants

Des aiguilles à tricoter

 

Pour quelque crime affreux

Je connais des bandits

Pour qui la punition fut un paradis

La prison vaut mieux que

La peine du malheureux

Je sais aussi

Qu'il vaut mieux ôter la vie

Et tuer n'importe qui

Que de tomber amoureux

Commentaires (1)

1. mouysset 30/05/2011

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.