Les yeux d'azur

 

C'est-y possible d'être aussi bleu

Fichtre je ne crois pas morbleu

Qu'il puisse y avoir à part l'azur

Pour tes yeux une autre mesure

 

J'en connais pour des moins lumineux

Qui eux-mêmes firent le noeud

De la corde qui les pendit

A l'arbre des noces pardi!

 

Alors pars vite je t'en supplie

Valises et bagages plie

Car de corde je ne veux pas

Dans tes yeux je vois mon trépas

 

Mais dit-elle d'un ton malicieux

Si dans mes bras tu vois les cieux

Pourquoi vouloir quitter Cythère

Ne plus voler rester à terre

 

Si mes yeux sont ta seule potence

Je prendrai garde avec constance

De les fermer quand dans tes bras

Je joue de la flûte au cobra

 

Déjà elle éprouvant sa promesse

Ferme les yeux comme à la messe

Et m'invite à nue comme un vers

Chanter d'Aphrodite les vers

 

Voilà comment sans corde pourtant

Je me suis pendu pour cent ans

Ses yeux et son esprit futé

N'étaient pas ses seules beautés

 

Et moi qui pour un oui pour un non

Loue de la liberté le nom

Comme maison j'ai pris sa cage

M'enlisant dans son marécage

 

Qu'il est tendre d'être prisonnier

D'avoir dans le même panier

Une geôlière et sa prison

M'aimant d'amour et de raison

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

© Nicolas Blaise. Tous droits réservés.